Close

Dernières actualités

La pressothérapie au service de la performance
Interview de Fabrice Meunier-Carus – Masseur kinésithérapeute et ostéopathe des Groupes Coupe du Monde Vitesse et...
le sept. 26, 2019 | par Eureduc
Projet d’installation kinésithérapeutes : accompagnement et équipement
Franchir le cap et s’installer en libéral nécessite d’être accompagné et de s’équiper en matériel.
le juil. 11, 2019 | par Helytis Médical
La pressothérapie pour une meilleure qualité de vie
La pressothérapie est une méthode thérapeutique permettant l’activation de la circulation sanguine et lymphatique....
le mai 7, 2019 | par Helytis Médical

La pressothérapie au service de la performance

Posté le: sept. 26, 2019 | Auteur: Eureduc

Interview de Fabrice Meunier-Carus – Masseur kinésithérapeute et ostéopathe des Groupes Coupe du Monde Vitesse et Coupe d'Europe Technique à la Fédération Française de Ski (FFS) et de Bernard Bonthoux – Ostéopathe D.O. et Kiné Fédéral National à la FFS.

La pressothérapie au service de la performance

Les sportifs de haut niveau imposent à leur organisme des conditions extrêmes. La pressothérapie a toute sa place dans leur entraînement et en compétition, notamment dans la récupération post-effort, pour conserver l'élasticité musculaire, soulager la fatigue des membres inférieurs et traiter d'éventuels œdèmes.

Quelles sont les spécificités de l'effort dans la pratique du ski de compétition ?

Le ski de compétition nécessite le travail des deux filières aérobie et anaérobie. La longueur et l'exigence technique des pistes, combinées à l'altitude et au froid, mettent les organismes à rude épreuve.

Sur le plan musculaire : les qualités demandées sont la force, la vitesse et la puissance. Les muscles travaillent en statique, en concentrique et passent par des phases excentriques.
Sur le plan circulatoire : les combinaisons, les protections (airbag, dorsal, etc…), mais également les chaussures (serrées à l'extrême) jouent un rôle compressif important.
Sur le plan cardiorespiratoire : les fréquences cardiaque et respiratoire augmentent brutalement, avec des phases d'apnée. Il n'est donc pas rare de voir les coureurs finir la course essoufflés.

Sur le slalom géant, le spécial et le combiné, l'enchaînement successif de deux manches a pour conséquence la répétition d'efforts dans un intervalle de temps très court, puisque chaque manche dure un peu plus d'1 mn.
Sur les épreuves de vitesse, d'une durée de 1mn30 à 2 mn environ, le sportif doit gérer la longueur de la piste, l'altitude, ainsi que l'engagement moral et physique dont il doit faire preuve.

Dans quelles conditions utilisez-vous la pressothérapie dans le cadre de votre activité à la Fédération Française de Ski ?

Nous utilisons la pressothérapie essentiellement en phase de récupération lors des stages longs en Amérique du sud (Chili, Argentine) et en course après chaque entraînement et compétition.

Quel est le protocole que vous utilisez habituellement ?

Les bottes de pressothérapie sont utilisées après la séance de massage de récupération de type suédois et circulatoire, pour la compléter. L'objectif, c'est la récupération, pour permettre l'enchaînement des journées d'entraînement et de course. La durée de la séance est de 30 minutes et les coureurs règlent eux-mêmes la pression, qui est souvent élevée.

A quels besoins des coureurs répond la pressothérapie ?

Diminuer, éliminer la sensation de jambes lourdes, qui est un bénéfice important pour le ressenti du coureur. Il y a clairement un effet anti-fatigue. La séance est également un moment de repos et de relaxation.

Comment les coureurs expriment-ils leur ressenti après une séance ?

La grande majorité des coureurs indique une sensation de légèreté. La pressothérapie a un double effet, à la fois physique et psychologique : d'une part l'élimination des déchets et d'autre part, un feed-back de bien-être.

Avec le TP07i, perfectionnons la pressothérapie !!

Offre de lancement 7 chambres pour le prix de 5*

*uniquement jusqu'au 15/12/2019

Commentaires (0)

Pas de commentaires

Close